06 09 76 50 03

Validation scientifique de l’EFT et de psychologie énergétique

L’état actuel de la recherche en psychologie énergétique

Bien que la psychologie énergétique soit encore relativement jeune, sa base de données probantes continue de croître en quantité et en qualité. En janvier 2018, plus de 100 études de recherche, méta-analyses et articles de synthèse ont été publiés sur les méthodes de PE dans des revues à comité de lecture. Ces modalités ont été étudiées par plus de 200 chercheurs dans plus de 12 pays. Plus de cinquante essais contrôlés randomisés ont documenté l’efficacité de ces méthodes. Quatre méta-analyses récentes (un examen systématique et une analyse des études individuelles) ont également été réalisées. Trois d’entre elles ont démontré des valeurs moyennes d’effet élevées, et la quatrième a démontré une valeur d’effet modérée pour ces méthodes.

Les résultats de ces études ont été publiés dans plus de 15 revues évaluées par des pairs, dont le Journal of Clinical Psychology, le Journal of Nervous and Mental Disease et les revues de l’APA Psychotherapy (American Psychological Association) : Théorie, recherche, pratique, formation et révision de la psychologie générale. Bien qu’il reste des questions sur les mécanismes – en particulier sur le fonctionnement de ces techniques – un corpus de recherche solide et croissant continue de documenter leur efficacité.

NREPP, The National Registry of Evidence-based Programs and Practices in the U.S., une division de la SAMHSA (la Substance Abuse and Mental Health Services Administration) a examiné la recherche sur la TFT (Thought Field Therapy, la modalité à l’origine de la PE) et a constaté son efficacité dans le traitement des symptômes de stress post-traumatique.

La prochaine étape de la recherche en PE consiste à explorer les mécanismes d’action de ces modalités et à étudier les changements physiologiques simultanés à l’aide d’outils tels que les puces génétiques, les scanners qEEG et fMRI, et les tests de neurotransmetteurs.
(Source IFPEC https://www.ifpec.fr)

Etude sur l’EFT et le stress post traumatique parue dans « Journal of Nervous and Mental Disease »

Le prestigieux journal américain de la maladie mentale et nerveuse (Journal of Nervous and Mental Disease) a publié un rapport confirmant l’efficacité de l’EFT pour le traitement du stress post-traumatique dans le projet du “US Veterans”.

Le programme, après six heures de coaching avec l’EFT, montre que 90% d’un groupe et 86% d’un second groupe ne répondaient plus aux critères diagnostiqués du syndrome de stress post-traumatique. Le résumé de la revue conclut : “Les résultats sont cohérents avec ceux d’autres rapports publiés prouvant l’efficacité de l’EFT dans le traitement du SSPT et les symptômes co-morbides et ses effets à long terme”.

Vous pouvez lire le résumé du rapport complet (en anglais) en cliquant ICI.
En voici la traduction en français du résumé réalisée par Therapeutia, partenaire de l’IFPEC :
“Cette étude a examiné l’effet de l’Emotional Freedom Techniques (EFT), une thérapie brève combinant des éléments cognitifs et somatiques, sur les troubles de stress post-traumatique (SSPT) et les symptômes de détresse psychologique chez les anciens combattants recevant une aide psychologique.

Les anciens combattants répondant aux critères cliniques de stress post-traumatique ont été répartis aléatoirement : EFT (n = 30) ou aide psychologique normale (SOC / WL, n = 29).

L’intervention en EFT consistait à avoir 6 séances d’une heure avec de l’EFT en comparaison avec un traitement psychologique standard. Le SOC / WL et les groupes EFT ont été comparés avant et après l’intervention :

  • après 1 mois pour le groupe SOC / WL,
  • après six séances pour le groupe EFT).

Les sujets EFT ont considérablement réduit leur détresse psychologique (p <0,0012) ainsi que les niveaux de symptômes de PTSD (p <0,0001) après le test. En outre, 90% du groupe EFT ne répondaient plus aux critères du SSPT cliniques, comparativement à 4% dans le groupe SOC / WL.
Après une période d’attente, les sujets SOC / WL ont reçu des séances d’EFT. Dans une analyse intra-sujets longitudinale :

  • 60% ne répondaient plus aux critères du SSPT cliniques après trois séances d’EFT,
  • ce pourcentage s’élève à 86% après 6 séances pour les 49 sujets qui ont finalement reçu l’EFT,
  • les résultats sont restés à 86% après 3 mois et à 80% après 6 mois.

Les résultats sont cohérents avec ceux d’autres rapports publiés montrant l’efficacité de l’EFT dans le traitement du SSPT et des symptômes co-morbides et ses effets à long terme.”
(Source IFPEC https://www.ifpec.fr)

Modifications cérébrales – Etude en France

Le nombre de recherches scientifiques sur les soins énergétiques est en train de croître d’année en année, notamment outre Atlantique. Même si la plupart des études sont réalisées aux Etats-Unis ou dans les pays anglophones, une toute nouvelle étude en France a été lancée par Aymeric Guillot, jeune chercheur et Professeur des Universités en neurosciences à l’université Claude Bernard Lyon 1 (spécialisation en sciences et techniques des activités physiques et sportives), Membre honoraire de l’Institut Universitaire de France et Jean-Michel Gurret, psychothérapeute et fondateur de l’Institut Français de Psychologie Énergétique clinique. Cette étude tombe à point nommé car à l’heure actuelle personne n’est réellement capable de comprendre ce qui se passe dans le cerveau lors d’une séance d’EFT ou de psychologie énergétique (Matrix Reimprinting). 

Dans cette étude réalisée à Lyon, Aymeric Guillot et son équipe ont exposé de manière indirecte une personne qui souffre de trouble anxieux (phobie de l’avion) à des images et des pensées anxiogènes. Ils ont étudié le champ électromagnétique de son cerveau avant et après une séance d’EFT en l’exposant de différente manière, à des situations susceptibles de déclencher ses troubles. 

L’objectif était de comprendre dans quelle mesure un travail en EFT est susceptible de manière directe ou indirecte de diminuer les troubles anxieux liés à l’avion et comment cela pouvait se matérialiser par des corrélas, par des activations spécifiques au niveau des neurones. 

Ils ont observé dans un premier temps des résultats assez classiques sur des diminutions de l’échelle d’anxiété de manière générale avec des questionnaires psychologiques avant et après la séance d’EFT. La particularité de ce travail était de savoir ce qui se passait véritablement à l’intérieur du cerveau. Ils ont donc exposé le sujet à trois formes de stimulations :

1) des stimulations totalement neutres susceptibles de ne pas déclencher de sentiment phobique, 

2) des situations externes où la personne devait observer des images de crashs aériens, de vues aériennes qu’elle avait au préalable présélectionné comme étant des images qui activaient le plus son anxiété. 

3) Et, une situation plus endogène, plus interne, où la personne devait se remémorer, se souvenir d’épisodes traumatiques qu’elle avait vécu en avion. 

Ils ont réalisé une évaluation comportementale qui visait à observer dans quelle mesure le sujet ressentait de l’anxiété au moment où on explorait l’activité du cerveau lorsqu’il était confronté à ces images externes ou à ces représentations internes. Et ils se sont rendus compte qu’il y a bien une diminution significative de l’anxiété perçue quelle que soit la nature des images. 

Ils ont observé une diminution assez marquée de l’activité dans les régions sensori-motrices qui sont liées aux possibilités d’action qui sont en relation directe avec les images auxquelles le sujet était confronté. Après la séance, ces images génèrent moins d’anxiété et elles traduisent une diminution des pics d’activation qui sont susceptibles de déclencher ses troubles anxieux. 

De la même manière lorsqu’on demande au sujet de se rappeler les problèmes auxquels il a été confronté auxquels elle a été confrontée, on observe des résultats équivalents mais dans des régions différentes. Ils ont regardé ce qui se passe au niveau de l’hippocampe dans le système limbique (c’est-à-dire le cerveau des émotions) qui sont liés à l’évocation, à la fabrication des souvenirs, à la mémorisation à long terme. C’est en quelque sorte comme si avant la séance d’EFT, le fait de s’imaginer des situations anxiogènes, génère des sentiments d’anxiété très important et qu’après la séance d’EFT, on a une extinction de ces voies affectives, une prise de distance, une reconsolidation de voies beaucoup plus positive qui permettrait de corréler, d’objectiver cette diminution d’anxiété. Une observation encore plus approfondie a permis d’identifier des réseaux prédicteurs de l’efficacité du travail en EFT et d’observer les changements de réactions au niveau des structures sous-corticales, au niveau du cervelet et de la désactivation de l’amygdale. 

Cette étude pilote corrobore les résultats de l’efficacité thérapeutique des interventions en EFT pour soulager les phobies et éclaire pour la première fois sur la plasticité cérébrale induite par une seule séance d’EFT. Les résultats du projet pilote devraient encourager les recherches futures. Des expériences contrôlées randomisées combinant des mesures subjectives et objectives, y compris des enregistrements d’imagerie cérébrale fonctionnelle, seront nécessaires pour évaluer adéquatement l’efficacité de l’intervention EFT et approfondir la compréhension actuelle des processus neuropsychologiques qui sont à l’origine des effets thérapeutiques.
(Source IFPEC https://www.ifpec.fr)

Revue de la recherche

David Feinstein a écrit une revue complète de la recherche en psychologie énergétique. Il a été publié en novembre 2012 dans The Review of General Psychology, un journal de l’APA révisé par des pairs, et vaut toujours la peine d’être lu. Lire l’article.

Etude réalisée par Jean-Michel Gurret, Claudie Caufour, Julie Palmer-Hoffman et Dawson Church suite au traitement du Stress post-traumatique sur des Haïtiens victimes du tremblement de terre. Télécharger l’étude.

Cliquez ici pour télécharger un document de l’ACEP listant les études sur la psychologie énergétique. Télécharger

Consultation en EFT à Royan et à La Rochelle

Royan :
10 bis allée de l’homme blanc
17200 Royan

La Rochelle :
40 avenue Albert Einstein
17000 La Rochelle
2ème étage face à l’escalier

Téléphone : 06 09 76 50 03

Mentions légales

Les pratiques que je vous propose visent à améliorer l’état de santé mais ne peuvent constituer un traitement médical et ne peuvent se substituer au diagnostic et aux soins d’un médecin.

Elles ne dispensent en aucun cas de consulter un professionnel de santé, chaque fois que cela est nécessaire. Seul un médecin est habilité à poser un diagnostic, à prescrire, modifier ou supprimer tout traitement médical.
Toute question médicale est à poser à votre médecin traitant.

Précautions :

  • En cas d’urgence (fracture, hémorragie, épilepsie ainsi que toute autre affection grave) contacter d’abord votre médecin ou un service des urgences.
  • De manière générale, éviter une séance en cas de crise aiguë (fièvre importante, inflammation trop forte, infection, troubles organiques sévères …). En cas de doutes, parlez-en à votre médecin.

Auto-entrepreneur. N° de SIRET 834 832 776 00019.
Assurance professionnelle : contrat MEDINAT – Alians

Tarif séance EFT

Adulte 55 €/ 1h15

Etudiant 40 €/ 1h15

La psychologie énergétique

La psychologie énergétique recense un ensemble de techniques psycho-corporelles qui visent à équilibrer, restaurer et améliorer le fonctionnement humain.
Apparemment simple dans la technique, les résultats peuvent être rapides et surprenants.
EN SAVOIR +

Validation scientifique de l’EFT


Le nombre de recherches scientifiques sur les soins énergétiques est en train de croître d’année en année, notamment outre Atlantique.
EN SAVOIR +

Le Shiatsu traditionnel

Shiatsu Royan Lionel RigourOriginaire du Japon, le Shiatsu est une discipline énergétique manuelle qui vise à rétablir (ou à maintenir) la santé grâce à une circulation harmonieuse de l’énergie dans les méridiens d’acupuncture.

EN SAVOIR +

Les huiles essentielles

Aromathérapie Royan Lionel Rigour
Conscients depuis longtemps de l’intérêt des plantes aromatiques pour soigner le corps et l’esprit, les hommes ont très tôt cherché à extraire les principes actifs contenus dans l’essence des plantes.
EN SAVOIR +